Vous êtes ici : Accueil > Témoignages d'Assos > Fiers de vos projets scolaires > Primaire (maternelle, élémentaire) > [PORTRAIT] Fabienne, active dans l’asso des parents d’élève depuis 10 ans

[PORTRAIT] Fabienne, active dans l’asso des parents d’élève depuis 10 ans

Primaire (maternelle, élémentaire), Secondaire (collège, lycée)

Petit portrait d’une bénévole, experte en vente de chocolats 😉 . Fabienne témoigne. Pour elle, maman très investie dans les écoles de ses enfants, être membre de l’asso des parents d’élèves est une activité compatible avec sa vie professionnelle.

On fait une vente de chocolats ;)
Les filles proposent leur vente de chocolats pendant la bourse aux vêtements 😉

Alors Fabienne, dites-nous en un peu plus sur vous et votre famille :

Je m’appelle Fabienne. J’ai 49 ans et travaille comme adjoint administratif dans une mairie. Je suis l’heureuse Maman de Alice 12 ans, Théo 14 ans et Vincent 26 ans . J’aime tout particulièrement voyager.

 

Racontez-nous un peu. Quand avez-vous eu envie de vous impliquer dans une asso?

J’ai commencé en 2006, il y a déjà 10 ans  🙂 .  A l’époque mes enfants étaient scolarisés au groupe scolaire La Lebade auTemple (33) près de Lacanau. L’école avait besoin de fonds. Nous avons créé avec un groupe de parents une APE indépendante (Les Amis de l’Ecole La Lebade) et nous avons lancé notre première vente de chocolats.

En 2014, les enfants sont entrés au collège. J’ai donc passé le flambeau. Je sais que le nouveau bureau a continué à proposer des ventes de chocolats avec Initiatives même après mon départ.

En arrivant au collège, j’ai eu envie de continuer dans ma lancée. Ils n’avaient jamais tenté la vente de chocolats. Pas besoin de vous dire comme ils ont été convaincus quand ils ont vu les bénéfices récoltés.

 

Alors, justement, parlons-en ;- ) Avez-vous récolté de l’argent pour les projets de l’école ?

Dans le cadre de l’école primaire, nous avons distribué les catalogues de chocolats Initiatives à 114 élèves, en gros 80 familles. Nous avons ainsi dégagé 400€ de bénéfices.

Au collège, nous comptons 497 élèves. La même vente de chocolats Alex Olivier avec Initiatives Chocolats nous a permis de rassembler 800€. Nous continuons à la proposer tous les ans. Les familles sont devenues fans ! Tous les ans, elles nous réclament les rochers et les pralinés feuilletés de la chocolaterie Alex Olivier.

Nous atteignons maintenant aisément 900€ de gains par action. Initiatives Chocolats nous reverse 25% du montant total de la commande. Je vous laisse imaginer à quel point la vente chocolats motive les familles 😀 . C’est génial pour les enfants, c’est pour eux que mes collègues et moi faisons tout ça.

 

Avez-vous essayé d’autres actions depuis ?

Oui, bien sûr. Une année par exemple nous avions très peu de temps … mais malgré tout besoin d’un complément de budget. Nous avons fait appel à Initiatives une nouvelle fois.  C’est top d’avoir du choix ! On s’est lancé dans une vente de Fleurs. Les familles reçoivent aussi un catalogue pour précommander. Cette fois, elles peuvent choisir entre des plants et des bulbes de saison et des objets décoratifs pour la maison ou le balcon (c’est bien ça car tout le monde n’a pas de jardin.) En une semaine top chrono, nous avons trouvé 400€ pour la caisse de l’école. Avec plus de temps, on aurait fait encore mieux, c’est sûr. On était très content.

 

Au vue de votre longue expérience, quelles astuces aimeriez-vous partager avec les autres assos ?

J’accompagne toujours les catalogues d’un petit mot de l’APE. On leur indique la date limite de retour des commandes. Même si nous utilisons bien les étiquettes fournies gratuitement par Initiatives à coller sur les catalogues, j’aime bien faire un rappel. Et puis dans ce courrier on les invite à être GOUR-MAAAANNNND ;-). On y met bien notre logo et on leur explique à quoi cet argent va servir, ce que les enfants vont pouvoir faire grâce à leur soutien.

D’ailleurs pour obtenir leur soutien, il ne faut pas hésiter à les relancer par mail quelques jours avant la date limite.  Ah si, autre chose, nous prenons une belle marge par rapport à la date butoir de la commande groupée. Je pense aux éternels retardataires 😉 … chut … Avec 10 jours de battement, c’est mieux .

Sinon dans l’espace Organisateur, c’est facile de rassembler les commandes mais mieux vaut le faire au fur et à mesure par contre.

 

Votre petit plus à vous, c’est quoi 😉 ????

On aime bien récompenser les meilleurs vendeurs avec les cadeaux meilleurs vendeurs offerts par Initiatives. Mais en plus j’achète toujours un chèque cadeau Cultura pour LE premier vendeur !

 

Qu’est ce qui vous paraît primordial pour que l’action se passe bien et marche ?

Sans hésiter, c’est la bonne collaboration avec les équipes enseignantes  ou comme actuellement avec la CPE du collège. Nous avons mis en place un système de pochette navette pour que je puisse récupérer les chèques et les bons de commande des parents. Une super entente avec l’équipe pédagogique, ça aide, c’est certain.

J’imagine que vous êtes aussi experte en matière de distribution des catalogues maintenant ?

On peut dire ça 😉 Nous les préparons par classe. Nous prévoyons 1 catalogue par élève. C’est suffisant, je trouve. Je sais bien qu’Initiatives Chocolats nous en met généreusement 2 à disposition par participant. Moi je préfère utiliser le supplément autrement.

 

Ah oui, et que faites-vous des catalogues en rab ?

On essaie de toucher les gens qui n’ont pas d’enfants scolarisés !

Par exemple : Les enfants font du porte à porte et en dépose chez leurs voisins. J’en dépose à la mairie. Ils sont en distribution libre. Certains parents en déposent dans leurs entreprises. Je profite aussi de la Bourse aux Vêtements

 

La Bourse aux Vêtements ???

Oui, nous organisons une Bourse aux Vêtements au nom de l’école. 25% des ventes revient à l’école. Au delà de l’aspect social (des vêtements à petits prix), c’est un moment très sympa. Nous faisons de la com ! Des affiches et des catalogues à la caisse. Tout est bon 😉 et ça marche surtout !

 

Quelle énergie ! Bravo à vous pour votre implication. Et pourquoi pas une p’tit marché de Noël ?

Nous en faisons un. Nous vendons principalement des objets réalisés par les enfants mais pas uniquement. Les sacs partent bien en général.

 

J’aimerais revenir sur des conseils de distribution des chocolats si vous en avez ?

Avant, je réceptionnais les chocolats chez moi.

Le premier truc, c’est de bien s’entourer ! Nous faisions en famille avec 2 copines. Nous placions toutes les étiquettes au sol dans  la salle à manger. Les stocks de boîtes de chocolat en face de chaque étiquette, puis nous travaillions à la chaîne. Initiatives nous fournit les sacs cadeau. Chacune vient remplir son sac.

Cette année, au vu du nombre de commandes, nous avons fait livrer au collège. Nous nous sommes installés dans une salle mais avons gardé exactement la même organisation ! Avec en plus l’aide de quelques élèves qui étaient en permanence.

Pour être efficace, on a quelques bonnes pratiques 💡

  1. Nous positionnons les étiquettes au sol dans l’ordre du bon de commande !
  2. Nous n’agrafons les sacs qu’à la toute fin ;-). On ne sait jamais , car si on a un écart de stock alors on doit tout vérifier.
  3. Le mieux, c’est aussi de pointer le bon de livraison avant de commencer. Ainsi nous sommes certains de tout avoir pour répondre à toutes les commandes.

Comme le collège recouvre 4 communes et que nous sollicitons aussi les foyers sans enfants scolarisés, on met en place 4 points de dépôt et on invite les gens par mail à venir chercher leur livraison.

C’est du boulot , c’est vrai. Mais j’ai toujours eu des gens contents. Ça encourage 😉

 

Fabienne, à quoi servent les fonds réunis?

En primaire, ils viennent en complément pour financer une partie du coût du voyage scolaire (Une année les élèves sont partis 4 jours à Paris, ça ne leur a coûté que 120€ chacun.) et rendent les sorties scolaires entièrement gratuites.

Au collège, les fonds sont pour le FSE. Une année on a pu acheter des drônes. Une fois aussi, ça a été l’achat de vêtements de ski pour les enfants qui ne pouvaient pas se le permettre. De mémoire, la semaine au ski n’a pas coûté plus de 320€ à chaque famille.

Pour conclure, que retenez-vous de vos actions menées avec Initiatives ?

La reprise des invendus et le fait que nous n’ayons pas à avancer d’argent. Ça c’est inestimable pour une asso.